Dysfonctionnement érectile : Thérapie

Même si la tentation est grande : l’aide du sex shop ou les médicaments sur Internet ne sont pas une solution à un problème médical, qui n’est souvent que la partie émergée de l’iceberg de la santé. Le traitement des troubles de l’érection ne peut être efficace que si la cause réelle du trouble est connue.

Des drogues douteuses pour des problèmes de puissance

D’une part, la thérapie médicamenteuse doit être accompagnée et contrôlée par le médecin, même si les compagnies d’assurance maladie ne peuvent pas payer le médicament. D’autre part, les drogues illégales, c’est-à-dire les médicaments délivrés sur ordonnance qui sont en fait disponibles sans ordonnance, doivent être évitées sur Internet.

En cas d’effets secondaires, vous n’avez aucun recours contre le fabricant. La meilleure adresse pour les médicaments destinés à traiter la dysfonction érectile est la pharmacie. Le spectre de traitement des troubles de l’érection va des médicaments, des aides mécaniques et de la chirurgie vasculaire à l’implantation de prothèses péniennes. Dans tous les cas, cependant, une prise en charge psychologique (sous forme de thérapie de couple ou individuelle) est utile, même si les causes peuvent être purement organiques. Et de ne pas oublier : les maladies de base doivent être traitées de manière adéquate.

Dysfonctionnement érectile : médicaments à prendre

Il existe différents médicaments qui peuvent aider les hommes à retrouver leur stabilité, tous disponibles uniquement sur ordonnance. Le médecin décide avec la personne concernée quelle préparation est appropriée.

Les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 les plus couramment utilisés sont le sildénafil (Viagra), le tadalafil (Cialis), le vardénafil (Levitra), qui inhibent la dégradation de l’enzyme cGMP et prolongent ainsi la stabilité du produit. Cependant, cela ne se produit que lorsque l’homme est réellement excité et que son sang et son système nerveux lui permettent encore d’avoir une érection. Les hommes qui prennent des médicaments pour des maladies cardiaques ne doivent pas prendre d’inhibiteurs de la phosphodiestérase-5. Les décès se produisent encore et encore ! Les comprimés sont pris, selon le principe actif, une demi-heure à douze heures avant le rapport sexuel, l’effet se fait sentir au bout de 30 minutes et peut durer jusqu’à 24 heures.

Les préparations contenant le principe actif apomorphine (par exemple Uprima, Ixense) agissent comme des agonistes des récepteurs de la dopamine là où l’érection commence, dans la tête. L’apomorphine amplifie les signaux naturels du cerveau qui déclenchent une érection, comme un toucher stimulant ou la vue d’une femme attirante ; une stimulation sexuelle est donc nécessaire. Il fonctionne assez rapidement et constitue également une solution pour les hommes atteints de maladies cardiovasculaires.

La phentolamine (Vasomax) est un inhibiteur non sélectif des récepteurs alpha qui peut soutenir une érection en agissant sur les muscles du pénis.

Si le dysfonctionnement érectile est lié à une déficience hormonale, généralement la testostérone, celle-ci ou son précurseur, la déhydroépiandrostérone (DHEA), peut être prise, injectée, appliquée sur la peau sous forme de patch ou de gel.

Médicaments sur les lieux de l’incident

Contrairement aux médicaments pris par voie orale, les médicaments locaux contenant le principe actif alprostadil agissent directement sur le pénis. Pour beaucoup d’hommes, ce type de traitement est associé à une grande résistance psychologique.

Dans le cas de la thérapie par auto-injection de tissu érectile (SKAT), une substance active est injectée directement dans le tissu érectile. Comme on utilise une aiguille extrêmement fine, il n’y a pratiquement pas de douleur. L’érection se produit après environ 10 minutes.

Dans un autre système, le MUSE (Medicated Urethral System for Erection), le principe actif est introduit dans l’urètre sous la forme d’un mini-comprimé via un applicateur. Toutefois, le taux de réussite est plus faible qu’avec l’application SKAT et il faut plus de temps pour que l’effet se fasse sentir. Ces deux formes sont particulièrement utiles pour les hommes dont les troubles sont dus à des lésions nerveuses, par exemple après une chirurgie pelvienne.

Aides mécaniques pour les troubles de la puissance

Une érection peut également être obtenue à l’aide d’une pompe à vide. Pour ce faire, le pénis est inséré dans un cylindre en plastique transparent, puis une petite pompe manuelle ou électrique est utilisée pour créer une pression négative. Cela permet au sang de circuler dans les tissus érectiles et de rendre le pénis rigide.

Dès qu’une érection suffisante est obtenue, le reflux de sang du tissu érectile est empêché par un anneau pénien. Les anneaux péniens peuvent toujours être utilisés lorsqu’une première érection suffisante est encore possible de manière naturelle. L’anneau du pénis est glissé sur le pénis en érection jusqu’à la racine du pénis. L’érection peut alors être maintenue, mais il faut utiliser un spécimen adapté à l’anatomie individuelle. En outre, ils ne doivent pas être portés pendant plus de 30 minutes, sinon c’est toute la réserve de sang qui en souffre.

Interventions chirurgicales et implants pour l’impuissance

Si le corps caverneux ne peut pas être suffisamment alimenté en sang ou si le sang s’écoule trop rapidement, une chirurgie vasculaire peut être pratiquée. Toutefois, les taux de réussite ne sont pas très élevés, de sorte que cette procédure n’est pratiquée que dans des cas exceptionnels.

L’insertion d’un implant de corps caverneux est également problématique. Au cours de cette opération, de grandes parties du corps caverneux naturel sont détruites et ne peuvent être restaurées. Ce traitement n’est donc ouvert à la discussion que si toutes les autres options thérapeutiques échouent.

Andropause: des remèdes naturels pour le bien-être des hommes de plus de 40 ans
Les hommes et la crise de la quarantaine