Le cancer du testicule est plus fréquent chez les jeunes hommes

Le diagnostic du cancer des testicules a été un choc pour le cycliste professionnel Ivan Basso. Mais selon l’urologue Prof. Klaus-Peter Dieckmann, les chances de guérison de cette maladie sont “globalement excellentes”. Dans une interview accordée à la Deutsche Presse-Agentur, il en explique les causes et expose les méthodes de traitement.

Question : Existe-t-il un lien entre le cyclisme et le cancer des testicules ?

Réponse : Le cyclisme n’a absolument rien à voir avec le cancer des testicules. Toutefois, l’exemple d’Ivan Basso montre que les cyclistes ont une probabilité plus élevée d’avoir un cancer du testicule en raison du risque de chute et de blessure. Le lien entre le cyclisme et le cancer des testicules est par ailleurs plutôt inverse : le sport est généralement un facteur de protection, c’est-à-dire qu’il protège du cancer.

Question : Quels sont les facteurs de risque du cancer du testicule ?

Réponse : Il se produit plus fréquemment dans les mêmes familles – si le père a eu un cancer des testicules, le risque est quatre à six fois plus élevé ; chez le frère déjà six à dix fois. Les hommes présentant un testicule mal positionné sont particulièrement exposés : dans le cas d’un testicule non descendu congénital, le testicule n’a pas migré dans le scrotum, mais s’est logé dans l’aine. En outre, le cancer des testicules et l’infertilité ont des causes similaires. Un quatrième facteur de risque est la taille : les hommes de plus de 1,95 mètre ont un risque légèrement accru de développer un cancer des testicules. Vous pensez que cela est dû à un régime riche en calories dans la petite enfance.

Question : Quelle est la fréquence du cancer des testicules ?

Réponse : Au total, il y a environ 4000 cas de cancer du testicule par an en Allemagne. Cela place le cancer des testicules à la onzième place seulement parmi tous les types de cancer – le cancer de la prostate étant le plus fréquent en moyenne. Toutefois, la situation est différente dans le groupe des 20 à 40 ans : Ici, le cancer du testicule est de loin le cancer le plus fréquent. En effet, le cancer des testicules est moins lié au mode de vie qu’à une prédisposition héréditaire. Les stades préliminaires du cancer du testicule se forment probablement déjà dans le testicule de l’embryon, puis se déclarent généralement après la fin de la puberté.

Question : Quelles sont les chances de guérison ?

Réponse : Même si le pronostic varie fortement en fonction du stade de développement de la tumeur, les chances de guérison sont globalement excellentes : dans plus de 95 % des cas, le patient peut être guéri. Seulement si les métastases sont déjà très avancées, il n’y a parfois pas de salut. Après un diagnostic, le testicule entier est d’abord enlevé chirurgicalement, sinon les autres métastases doivent être détruites par chimiothérapie. Ce n’est que dans de très rares cas exceptionnels qu’une opération de préservation des organes peut être effectuée. Comme les jeunes hommes, en particulier, se bercent d’un sentiment de sécurité et se soumettent rarement à des contrôles médicaux préventifs, ils sont généralement frappés par la foudre lorsqu’ils sont diagnostiqués : Comment cela a-t-il pu m’arriver ?

 

L’hydratation, un besoin vital pour l’homme.
Importance de la vitamine D chez l’homme