Ronflement : comment y remédier ?

Le ronflement est généralement causé par un rétrécissement des voies aériennes supérieures. Derrière un tel resserrement, il peut y avoir diverses causes, pour la plupart inoffensives. Le ronflement n’est dangereux que si la respiration s’arrête pendant la nuit. Dans un tel cas, on parle d’apnée du sommeil. Cette forme grave de ronflement doit absolument être clarifiée par un médecin. Des ronflements inoffensifs peuvent être évités par divers moyens et mesures, comme la position de sommeil correcte ou un pansement nasal. Découvrez comment éviter les ronflements gênants.

Le ronflement est très répandu

Le ronflement est un phénomène relativement fréquent. Surtout avec l’âge, de plus en plus de gens ronflent. Environ 60 % des hommes et 40 % des femmes sont touchés. Si les ronflements sont relativement faibles chez de nombreuses personnes, ils sont parfois très forts et dérangeants. Par exemple, le Livre Guinness des records enregistre un volume de ronflements de 93 décibels. Cela correspond approximativement au niveau de bruit d’une autoroute très fréquentée.

Les causes des ronflements

Pendant le sommeil, les muscles respiratoires se détendent. Si les muscles sont flasques, ils peuvent être amenés à vibrer par le flux d’air lors de l’inspiration et de l’expiration. La luette et le palais mou sont souvent touchés, dans de rares cas également la gorge et la base de la langue. Les sons provoqués par la vibration des muscles sont appelés ronflements.

Le ronflement est souvent causé par un rétrécissement des voies aériennes supérieures. Si les voies respiratoires sont rétrécies, le débit de l’air inhalé augmente et la pression dans la gorge diminue. Cela favorise la vibration des muscles détendus.

L’apnée du sommeil est dangereuse

Le ronflement normal, dans lequel l’air atteint les poumons sans problème, n’est pas dangereux. La plupart du temps, la qualité du sommeil n’en souffre pas non plus. La situation est différente pour ce qu’on appelle l’apnée du sommeil. Il s’agit d’un ronflement prononcé qui peut être accompagné d’arrêts respiratoires récurrents. Celles-ci peuvent durer jusqu’à 30 secondes, voire plus.

La détérioration de la qualité du sommeil peut entraîner des symptômes tels que la fatigue diurne, l’épuisement, la nervosité et des problèmes de concentration. Des études suggèrent également que le risque de certaines maladies telles que l’hypertension artérielle, les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux augmente. Cela est dû au fait que le manque d’oxygène pendant la nuit déclenche une réaction de stress considérable dans l’organisme.

Prévenir le ronflement : 5 conseils

Si le ronflement n’est que de courte durée, par exemple, dans le cadre d’un rhume, aucun traitement n’est nécessaire. Toutefois, si vous ronflez régulièrement et que vous perturbez ainsi le sommeil de votre partenaire, il est conseillé de faire quelque chose pour y remédier. Voici quelques conseils et astuces simples que vous pouvez utiliser pour éviter les ronflements.

– Les ronflements sont particulièrement fréquents en position couchée. Essayez donc de dormir sur le côté ou sur le ventre. Vous pouvez aider à changer votre position de sommeil en cousant des balles de tennis dans votre pyjama ou en portant un gilet de sommeil.

– Évitez l’alcool, les sédatifs et les somnifères ainsi que les relaxants musculaires, car ils procurent une détente supplémentaire des muscles respiratoires.

– Si vous êtes en surpoids, essayez de réduire votre poids. Cela réduira les dépôts de graisse sur votre gorge et votre pharynx et les voies respiratoires seront moins obstruées.

– Essayez d’endiguer les ronflements avec les patchs pour le nez de la pharmacie. Les patchs élargissent les narines et facilitent la respiration. Ils sont particulièrement recommandés lorsqu’un rhume est la cause de ronflements.

– En cas de rhinite allergique, par exemple due à une allergie aux acariens, il est recommandé d’utiliser des revêtements antiallergiques spéciaux pour réduire les symptômes.

Que faire en cas de ronflement ?

Si les conseils de premiers secours n’entraînent pas d’amélioration du ronflement, vous devriez envisager d’autres options de traitement. Si vous ronflez la bouche ouverte, un pansement anti-ronflement peut être utile. La mâchoire inférieure est fixée par une bande élastique de sorte que la bouche soit fermée la nuit.

Le même effet est obtenu en utilisant une plaque de vestibule buccal placée entre les lèvres et les dents de devant. Il est équipé d’un indicateur de pression qui donne des informations sur le bon ajustement de la plaque. En utilisant la plaque auriculaire, la respiration par la bouche est supprimée. De plus, la langue est pressée contre les dents antérieures, ce qui ouvre les voies respiratoires.

Une attelle de protrusion de la mâchoire maintient la mâchoire inférieure dans une position fixe pendant le sommeil. Cela empêche la langue de retomber et maintient les voies respiratoires libres. Une telle attelle entraîne une amélioration des symptômes dans plus de 50 % des cas.

Une attelle palatine permet de fixer le voile du palais. L’attelle empêche la fermeture du canal d’air derrière le palais mou. L’air peut ainsi traverser les voies respiratoires sans résistance pendant le sommeil et le développement de ronflements est empêché.

Le traitement de l’apnée du sommeil

Si vous pensez avoir des difficultés respiratoires pendant votre sommeil, vous devriez idéalement vous rendre dans un laboratoire du sommeil. Si c’est le cas, le port d’un masque respiratoire la nuit peut aider. Le masque augmente la pression dans les voies respiratoires et les empêche de s’affaisser. Cela permet d’éviter les ronflements.

Le stimulateur cardiaque de la langue, qui empêche le relâchement du muscle de la langue en émettant des impulsions électriques, est encore en phase de test. Le petit appareil est implanté sous la peau, dans la région de la clavicule. Il reste à vérifier si le stimulateur cardiaque est vraiment utile et s’il y a des risques à l’utiliser.

La chirurgie en dernier recours

Les ronflements peuvent également être partiellement corrigés par une opération. Toutefois, une opération n’est pas toujours couronnée de succès. Elle ne doit donc être envisagée qu’en dernier recours. Avant l’opération, demandez à votre médecin des informations détaillées sur les risques et les effets secondaires de l’opération.

Dans certains cas, la chirurgie peut causer des blessures au palais, aux dents, à la luette et à la langue, ainsi que des cicatrices désagréables. Dans certains cas, il peut également arriver que les patients aient des problèmes de déglutition ou d’élocution après une opération de ronflement.

Procédures actuelles

Si des amygdales trop grosses, des polypes dans le nez, une cloison nasale courbée ou une inflammation des sinus maxillaires entraînent un rétrécissement des voies respiratoires, cela peut également être corrigé chirurgicalement. Toutefois, vous devez également être informé à l’avance des risques éventuels.

Andropause: des remèdes naturels pour le bien-être des hommes de plus de 40 ans
Les hommes et la crise de la quarantaine